SOCIÉTÉ

Un détenu récidiviste se déclare “fils de Ben Laden” à la prison de Perpignan

Le syndicat UFAP / UNSA s’estime oublié par le ministère de la Justice

Centre pénitentiaire de Perpignan © DS-ACN
Centre pénitentiaire de Perpignan © DS-ACN

Un islamiste déclaré inquiète le syndicat UFAP / UNSA de la prison de Perpignan, après la multiplication de propos faisant l’apologie du terrorisme.

Les faits d’apologie du terrorisme islamiste se multiplient au centre pénitentiaire de Perpignan, mais la justice ne suit pas. Le syndicat UFAP/UNSA Justice a rappelé par communiqué, ce vendredi 10 septembre, les agissement d’un détenu qui a mis le feu à sa cellule du quartier disciplinaire, le 13 avril, avant de sauter sur les surveillants qui intervenaient pour éteindre l'incendie. Le 10 mai, il a attaqué les personnels avec une “arme artisanale” en hurlant “Allahou Akbar, vous êtes tous des juifs, on va tous vous cramer dans des camps de concentration”.


En réaction, l’administration pénitentiaire a placé cet individu en Unité Hospitalière Spécialement Aménagée, mais la justice est restée inerte. Le syndicat exige la “comparution rapide de ce détenu devant la justice”, celui-ci ayant prononcé des propos faisant l'apologie du terrorisme. Il s’est notamment déclaré “fils de Ben Laden” et a menacé : “j'ai les noms des personnels du Quartier Disciplinaire (...) j'ai du monde dehors, vous avez vu le procès du Bataclan”. La gravité de ces propos inquiète l’UFAP/UNSA Justice, qui redemande le transfert immédiat de cet individu vers une Unité pour Détenus Violents ou un quartier d'évaluation de la radicalisation.

Lire aussi :
Il crie “Allah akbar” et crache au visage d’un surveillant de la prison de Perpignan
Prison de Perpignan : il menace de décapiter des agents

Grégory Prujà