SOCIÉTÉ

Port-Vendres rappelle la déportation de 1500 communards

Une exposition retrace le retour du bagne de centaines de rebelles, par la mer, en 1879

Arrivée des 1547 communards à Port-Vendres, Roussillon, 1879 © Gérard Hamon / Editions Pontcerq
Arrivée des 1547 communards à Port-Vendres, Roussillon, 1879 © Gérard Hamon / Editions Pontcerq

Pour commémorer les 150 ans de la Commune de Paris et l’arrivée des Communards à Port Vendres, une exposition retrace l’arrivée de 1500 d’entre eux après un exil forcé en Nouvelle-Calédonie.

Un fait historique oublié est rappelé à Port-Vendres par l’association départementale de la libre pensée des Pyrénées-Orientales. Cette structure souhaite commémorer les 150 ans de la Commune de Paris au travers d’une exposition retraçant l’arrivée dans la commune portuaire de 1547 communards, précédemment déportés au bagne, en Nouvelle-Calédonie. Ce retour des révoltés, effectué par la mer, a eu lieu du 1er septembre au 12 octobre 1879 à bord des bateaux Le Var, Le Picardie, La Seudre, Le Vire, et Le Calvados.


La Libre Pensée 66 souhaite rendre hommage aux communards et à la Commune de Paris, qui a été écrasée lors de la “Semaine sanglante”, du 21 au 28 mai 1871. Ces faits ont occasionné la mort de 20 000 personnes, les survivants ont été déportés, puis une amnistie partielle a permis la libération d’un certain nombre de ces  militants, suite à une campagne défendue par Victor Hugo.

Cette exposition a été conçue en partenariat avec l’association Port- Vendres des Paquebots. Elle est visible, gratuitement, du 11 au 18 septembre, dans la salle d’exposition du Fer à Cheval.

Isabelle Fajal