SOCIÉTÉ, POLITIQUE

Polices municipales : Perpignan au coude à coude avec Béziers

La proportion d’agents est à peine différente entre les deux villes

Police municipale de Perpignan © Marie de Perpignan
Police municipale de Perpignan © Marie de Perpignan

La proportion de policiers municipaux selon les villes est disparate en France : Perpignan est en 8e position avec 1 agents pour 756 habitants, mais c’est moins que Nice (1 sur 700) et Béziers (1/689).

Avec 161 agents, la ville de Perpignan est-elle surdotée en police municipale ? Parmi les 24 300 agents en poste fin 2020 en France, selon les chiffres du ministère de l’intérieur publiés en juillet 2021, la capitale du Roussillon, avec 1 agent pour 756 habitants, présente une proportion d’agents bien supérieure à  celle de Montpellier (1/1594), mais inférieure aux ratios de Béziers et Nice.


- Nice : 490 agents (1 agent pour 700 habitants)
- Marseille : 417 (1/2073)
- Toulouse : 330 (1/1430), avec une prévision de  100 agents de plus d’ici 2025
- Montpellier : 182 ( 1/1594)
- Perpignan : 161 (1/756 habitants)
- Béziers : 112 (1/689)

- Bordeaux : 135 agents (1/2851 hb)

Perpignan, 8e du classement national

Les chiffres doivent être relativisés, car leur mise en regard avec le nombre d’habitants des villes est stupéfiant dans certains cas. Perpignan dispose de 20 % d’effectifs de plus que Bordeaux, mais la capitale aquitaine dispose de 205 % fois plus d’habitants. Strasbourg et ses 278 000 âmes n’ont que 157b policiers municipaux.

Les caractéristiques sociologiques des villes et la  stratégie des maires jouent largement sur ce terrain. Sur ce principe, à Béziers, dont le maire Robert Ménard a recruté 75 % de policiers supplémentaires en quatre ans, on compte 1 agent pour 689 habitants. La cité occitane affiche une proportion voisine de cette de Perpignan. A l’inverse, l’exemple de Lyon est significatif de réalités et de choix inverses : avec 514 000 habitants, la capitale des Gaulles comporte seulement 294 agents de police municipale.

Lire aussi :
Perpignan. Un poste de police à la place de l’ancienne France Bleu Roussillon

Grégory Prujà