SOCIÉTÉ, ECONOMIE

Le laboratoire Hipra de Girona crée le 1er vaccin anti-Covid d’Espagne

La production doit s’élever à 1,2 milliard de doses en 2023

© Hipra
© Hipra

Le laboratoire Hipra, près de Girona, met au point le premier vaccin catalan et espagnol contre le coronavirus. La phase de tests massifs va débuter, la mise sur le marché est prévue pour la fin de l’année.

Le premier vaccin contre le coronavirus développé sur la péninsule ibérique a été présenté ce mercredi 11 août à Amer, près de Girona, où siège la société Hipra. Cette multinationale catalane, spécialisée dans les produits de santé humaine et animale, a mis au point dans l’un de ses laboratoires le vaccin PHH-1V, basé sur la recombinaison de deux protéines issues des variants alfa et beta du Covid.


Ce produit, capable de générer une réponse immunitaire contre la protéine la plus coriace du coronavirus, vient d’être validé par l’Agence espagnole du médicament. Il parvient à sa phase de tests massifs, qui va être menée auprès de dizaines de personnes, salariées de centre hospitaliers, qui recevront les deux doses à 21 jours de décalage. Ces essais, extrêmement surveillés, comporteront une évaluation e chaque patient, afin d’évaluer le dosage idéal du principe actif de  ce vaccin. La tolérance des volontaires à ce produit sera également contrôlée, puis une nouvelle phase de recherches sera entreprise par Hipra.

400 millions de doses dès 2022

Les conclusions de cette dernière étape laisseront prévoir en fin d’année la mise sur le marché de ce concurrent potentiel des vaccins Moderna, Pfizer, BioNTech et autres. L’entreprise, spécialisée dans la production de vaccins depuis 1970, espère conquérir des parts de marché grâce à sa formule, conservable  entre 2° et 8°, une caractéristique qui doit faciliter sa logistique et sa distribution. Sur son site d’Amer, Hipra consacre 56 000 m2 à la production de vaccins, de sorte que ce produit anti-Covid pourra être produit à raison de “400 millions de doses dès 2022”,  avant de “tripler ce chiffre en 2023, pour atteindre 1,2 milliard de doses”.

Laura Pardineille