POLITIQUE, ENVIRONNEMENT

La hêtraie d’Argelès rejoint le patrimoine de l’Unesco

Une distinction mondiale pour le trésor sylvestre de l’Albère

Présentation de l'inscription de la hêtraie d'Argelès-sur-Mer au patrimoine de l'Unesco, Mairie d'Argelès-sur-Mer, vendredi 30 juillet 2021 © Communication Sébastien Cazenove
Présentation de l'inscription de la hêtraie d'Argelès-sur-Mer au patrimoine de l'Unesco, Mairie d'Argelès-sur-Mer, vendredi 30 juillet 2021 © Communication Sébastien Cazenove

La grande forêt de hêtres d’Argelès est reconnue par l’Unesco au titre du patrimoine mondial. Cette fageda devient encore plus visible auprès des scientifiques.

La vaste forêt de hêtres de la Réserve Naturelle Nationale de la Forêt de la Massane, située sur les hauteurs d’Argelès-sur-Mer, fait désormais partie du patrimoine mondial de l’UNESCO. Mercredi 28 juillet, l’institution rattachée à l’ONU a inscrit cette fageda ancestrale sur sa liste des “Forêts primaires et anciennes de Hêtres des Carpates et d’autres régions d’Europe”. Composé de plusieurs centaines d’arbres vieux de de plus de 300 ans, située sur le versant nord du massif de l’Albère, cet ensemble sylvestre, méconnu du grand public, est un haut lieu de biodiversité.


Ce vendredi 30 juillet, le maire d’Argelès, Antoine Parra, la directrice de la Fédération des réserves naturelles catalanes, Florence Lespine, le député Sébastien Cazenove et la conseillère départementale Marie-Pierre Sadourny ont présenté cette avancée lors d’une conférence de presse.

La hêtraie argelésienne, parmi les 40 dernières vieilles forêts méditerranéenne, a fait l’objet d’une candidature formulée en 2018, notamment ralentie par le Covid. Son inclusion  au patrimoine planétaire fait suite à sa validation par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). En termes concrets, cette reconnaissance octroie une meilleure visibilité scientifique de cet ensemble, situé à 4 km de la mer, qui aurait résisté à la dernière glaciation, survenue il y a 10 000 ans.

Esteve Valls