POLITIQUE

Carles Puigdemont perd son immunité d’eurodéputé

La justice européenne estime que l’ex-Président catalan ne risque pas la détention

Carles Puigdemont © ACN
Carles Puigdemont © ACN

La Justice européenne lève l’immunité parlementaire de Carles Puigdemont car elle ne le considère pas susceptible de risquer d’être arrêté et incarcéré.

La justice européenne a rejeté, ce vendredi 30 juillet, une demande de maintien de l'immunité parlementaire de l'ancien président catalan Carles Puigdemont, député européen sous les couleurs de la formation Junts per Catalunya. Cette mesure concerne aussi les eurodéputés indépendantistes  Toni Comín y Clara Ponsatí. Les trois élus retrouvent donc la situation juridique dans laquelle le Parlement européen les avait placés le 9 mars, lorsqu’il leur a retiré cette immunité.


Dans son jugement, le tribunal de l’Union européenne précise que “Rien ne permet de considérer que les autorités judiciaires belges ou que les autorités d’un autre État membre pourraient exécuter les mandats d’arrêt européens délivrés à l’encontre des députés et pourraient remettre ceux-ci aux autorités espagnoles". Parmi les réactions, le très réactionnaire Partido Popular exige le placement en détention de l’ancien maire de Girona

Pour échapper à la justice espagnole, Carles Puigdemont s’est exilé en Belgique après avoir déclaration l’indépendance de la Catalogne, le 27 octobre 2017 au Parlement catalan, à Barcelone. Il n’a pas bénéficié de la grâce accordée par l’Etat espagnol, le 23 juin dernier, aux neuf personnalités indépendantistes incarcérés en Espagne. Le gouvernement espagnol, dirigé par le socialiste Pedro Sanchez, espère juger l’ex-Président en Espagne.

Isabelle Fajal