SOCIÉTÉ

Le Catalan François Molins dans la tourmente de l’affaire Dupont-Moretti

Rebondissement dans l’affaire de prise illégale d’intérêts

François Molins © Conseil supérieur de la magistrature
François Molins © Conseil supérieur de la magistrature

Le procureur général près la Cour de cassation, le Catalan François Molins, représentant l’accusation dans l’affaire de soupçons de prise illégale d’intérêt visant Eric Dupont-Moretti, pourrait être interrogé comme témoin.

L’ex-procureur de Paris François Molins, natif de de Banyuls dels Aspres, actuel procureur général de la Cour de cassation, est éclaboussé par l’affaire qui secoue le gouvernement. Ce lien gênant est à situer dans le cadre de l’enquête pour « prise illégale d’intérêt » concernant le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti. Ce dernier est soupçonné  d’avoir usé, sitôt nommé et par deux fois, des pouvoirs disciplinaires de son ministère pour régler ses comptes avec des magistrats avec lesquels il avait bataillé dans l’exercice de sa profession d’avocat.


Selon le journal le Parisien, le cabinet du ministre aurait consulté F. Molins à ce sujet. Or, en janvier dernier, le juriste catalan a saisi la commission d’instruction de la Cour de justice de la République Française, afin qu’une plainte soit ouverte, suite à la plainte de syndicats de magistrats et de l’association Anticor. François Molins n’est pas en droit d’être témoin et représentant de l’accusation. F. Molins a été consulté par téléphone pour livrer un avis technique, donné à titre institutionnel dans le  cadre de son rôle de président de la formation “parquet” au Conseil national de la magistrature. Son conseil a-t-il été donné dans une optique personnelle ou professionnelle ? Le possible mélange des genres accentue l’ambiguïté de ce cas de figure.

Esteve Valls