ECONOMIE

Le Pays Catalan se libère-t-il du tourisme de masse ?

Le dossier “chiffres clés du tourisme et des loisirs 2020” est sorti

DR
DR

Livrées au tourisme quantitatif depuis de décennies, les Pyrénées-Orientales s’orientent-elles vers la qualité ? Les statistiques de l’ADT 66 montrent une très légère amélioration.

La série statistique "Les chiffres clés du tourisme 2020" dans les Pyrénées-Orientales, a été publiée vendredi 11 juin par l’Agence de Développement Touristique des Pyrénées-Orientales (ADT 66). Ce précieux document rend compte d’une année particulière, marquée par les restrictions liées au Covid-19. Le nombre de nuitées a accusé un repli de 21,5%, tandis que 55% de ces nuitées ont été le fruit d'un tourisme dit “de proximité”, 25% étant le fait d’habitants du Pays Catalan. En effet, une famille du Roussillon venant séjourner en Capcir, ou inversement, cela s’appelle du tourisme. 


L’ADT 66 met l’accent sur le nombre de nuitées consommées depuis 1994. Ce critère quantitatif, qui renvoie au tourisme de masse  propulsée par les années Racine-De Gaulle, n’est pas le préféré de l’Organisation Mondiale du Tourisme en, 2021. Il révèle cependant un attrait des territoires, indépendamment de l’utilité économique de la présence touristique.

Ces données révèlent les années record 2009 (33,7 millions de nuitées touristiques marchandes et non marchandes consommées dans les Pyrénées-Orientales) et 2011 (33,6 millions). L’année de départ, 1994, s’illustre par un volume de 31,1 millions, talonnée par l’année 2019 (dernier exercice “normal” avant le Covid), avec 31,5 millions.  Le critère du tourisme massif révèle un repli de quelque 3 millions sur 26 ans. L’ADT 66 fonde ses études sur l’occupation de 637 719 lits touristiques, tous hébergements confondus, disponibles dans le territoire.

Lire aussi : 
Le tourisme en Pays Catalan est-il vraiment de l’économie ?

Perpignan : les nouveaux touristes veulent du vrai.

Isabelle Fajal