POLITIQUE

Le Pen préfère Bardella à Aliot pour présider le RN

La leader d’extrême droite veut être libre pour la présidentielle de 2022

Jordan Bardella © Epjt Tours
Jordan Bardella © Epjt Tours

Louis Aliot, maire de Perpignan, ne sera pas président intérimaire du Rassemblement national, car la stratégie de Marine Le Pen lui préfère le jeune Jordan Bardella.

Notre information du 20 mai évoquant une présidence intérimaire du Rassemblement national assurée par Louis Aliot, maire de Perpignan, est contredite par l’avancée des faits. Le parti d’extrême droite désignera plutôt son actuel deuxième vice-président, Jordan Bardella, âgé de 25 ans, lors du congrès de Perpignan, qui investira Marine Le Pen, sans surprise, comme candidate pour la présidentielle de 2022. Le successeur momentané sera chargé de préparer les élections législatives de 2022, qui suivront l’élection suprême.


Cette stratégie de mise en retrait profitera à l’exposition médiatique de la jeune promesse du parti d’extrême droite jacobine, impeccablement francilien. Dans une posture de distanciation nécessaire à sa candidature de "grand rassemblement", Marine Le Pen lance un signal d’avenir, car ce successeur pourrait, au passage, couper l’herbe sous les pieds de la nièce de la présidente, Marion Maréchal, âgée de 31 ans. Au-delà,  Marine Le Pen se prépare, pour la première fois depuis la fondation de son parti, en 1972,  à l’hypothèse d’une victoire, dans un contexte inédit de perte de repères identitaires en France. 

David Senyarich