SOCIÉTÉ

Les 2 pédocriminels d’Amélie ont fait au moins 103 victimes

La portée de leur réseau atteignait le monde entier

© Interpol
© Interpol

Les pédocrominels fixés à Amélie-les-Bains étaientà la tête d’un grand business de l’horreur : 1 million de photographies et 103 victimes au bas mot.

Les deux hommes à la tête d’un réseau de production de films pédopornographiques, arrêtés le 12 mai à Perpignan et Amélie-les-Bains, avaient non seulement plus de 500 clients, mais aussi 103 victimes à leur actif. Selon Interpol, plusieurs autres centaines de victimes restent à identifier. Ce couple de Français prochainement extradé en Espagne pour être traduit en justice a stoppé son activité il y a 5 ans après une intervention des Mossos d’esquadra. Il avait filmé pas moins de 103 mineurs, pour la plupart marocains sans ressources, immigrés en territoire espagnol. Plus de 1 500 DVD, 12 disques dur et plus d’un million de photographies à commercialiser ont été saisis. Ces individus à la tête du plus grand réseau pédocriminel en Espagne ont vendu leurs vidéos dans le monde entier de 2002 à vendu 2015. Leur base a été installée en 2021 à Tortosa, dans la région du Baix Ebre. 


Issus du business du porno gay

Les deux pédocriminels faisaient l’objet d’un mandat d’arrêt émis par les autorités espagnoles depuis 2019. Ils s’avère qu’ils ont produit des dizaines de films pornographiques gays au début des années 2000. Ils ont fait prospérer leur business depuis la Catalogne en fournissant souvent de la drogue et de l’alcools à leurs victimes.

Cette exploitation humaine a été mise à mal par les autorités française à la suite d’écoutes téléphoniques. Après leur jugement, les deux hommes devraient passer le reste de leur vie en prison. Leurs méfaits les ont conduits principalement dans la région de València et au Maroc, mais aussi en Turquie, au Sri Lanka, au Laos, en République Tchèque, au Kenya, en Tunisie et à Bali.

Grégory Prujà