POLITIQUE

Le projet de golf de Saint-Jean-Pla-de-corts en embuscade

Une réalisation en opposition au développement durable

© Mick Haupt / Unsplash
© Mick Haupt / Unsplash

Le complexe touristique doté d’un golf gourmand en eau reste envisagé en Vallespir, par les collectivités et l’État, malgré des caractéristiques environnementales répréhensibles.

En novembre 2020 a été révélé à l’opinion un projet de quatrième pont sur le Tech, à Céret, un important ouvrage de 330 m de long, haut de 17,5 mètres. Cette réalisation ambitieuse doit permettre de relier les routes départementales RD115 et RD618, tout en créant un nouvel accès à la capitale du Vallespir. Un arrêté préfectoral du 28 juillet 2011 déclare l’utilité publique de ce projet, soutenu par le Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales et la Communauté de Communes du Vallespir (CCV). Une discrète  manifestation d’opposants arguant de motifs essentiellement environnementaux et agricoles s’est déroulée fin janvier dernier à Perpignan, simultanément à la mobilisation, sur Internet, des partisans du projet, employant principalement des arguments économiques. Depuis, un grand silence, dont les restrictions liées au Covid-19 ne sauraient être la seule cause, s’est imposé.


Parmi les dessous du 4e pont de Céret figure une série de“projets non avoués”, informe l’association Bien Vivre en Vallespir, opposée à cette réalisation. En effet, pour la période 2013-2020, la CCV a validé une stratégie de “développement économique” incluant “l’opportunité de réaliser une plateforme touristique au centre (...) sur un site localisé sur les trois communes de Céret, Saint-Jean-Pla-de-Corts et Maureillas”. Or, l’implantation de ce site de loisirs, sur correspond exactement au débouché du pont  envisagé.

Si, dès 2010, la préfecture des Pyrénées-Orientales était informée et voyait d’un bon oeil l’aménagement d’un “golf” 18 trous, la terminologie a évolué pour céder donc le pas à une “plateforme touristique”, selon la Communauté de communes, et à une “plateforme d’excellence touristique”, selon le Schéma de cohérence territoriale Littoral Sud des Pyrénées-Orientales (SCOT) établi en 2019.

Cette opération de 150 hectares doit être dotée de 200 à 300 résidences de tourisme, de 100 chambres d’hôtel et du fameux golf. Au total, elle pourrait être composée de 375 logements , selon le Conseil communautaire du 27 janvier 2018. Ce complexe golfique et résidentiel, d’un coût minimal de 40 millions d’euros, se verrait offrir les terrains par la CCV, qui prévoit de les acquérir pour 1 million, selon la validation de sa majorité, le 14 décembre 2018. Si l’association Bien Vivre en Vallespir argue de “dizaines de millions d’euros d’investissement loin d’être indispensables alors que le département des Pyrénées-Orientales est dans une réalité socio-économique dramatique”.

1 million de m3 d’eau par an

En 2014, le projet de golf de Saint-Jean Pla de corts, qui nécessiterait 1 million de m3 d’eau par an, dans un territoire en stresse hydrique récurrent, a mobilisé six associations, dont les Usagers de l'eau, FRENE66 et Bien vivre en Vallespir. Une pétition a succès a précédé un premier endormissement du projet et des informations qui l’entourent. La période actuelle semble devoir favoriser l’apaisement militant et l’oubli populaire, afin une relance du projet, puisque ce dernier n’est nullement déprogrammé parmi les objectifs des collectivités publiques.

David Senyarich