SOCIÉTÉ

Alain Ferrand en garde à vue : une piètre image pour le territoire

Le maire du Barcarès est soupçonné de détournement de fonds publics

Alain Ferrand, maire du Barcarès, Roussillon, Pays Catalan © Mairie du Barcarès
Alain Ferrand, maire du Barcarès, Roussillon, Pays Catalan © Mairie du Barcarès

Les affaires reviennent au Barcarès : le maire, Alain Ferrand, est  maintenant soupçonné de détournement de fonds publics.

Le maire du Barcarès, Alain Ferrand (divers droite, anciennement membre des Républicains), et l’un de ses adjoints, ont été placés en garde à vue ce mardi 4 mai, tandis que le service régional de police judiciaire (SRPJ) de Montpellier perquisitionnait les locaux de la mairie. L’enquête, diligentée par la Juridiction interrégionale spécialisée dans la lutte contre la criminalité et la délinquance organisées de Marseille (JIRS) concerne des détournements de fonds publics. Le financement des animations de la station balnéaire du Barcarès est au coeur des investigations. Une quantité importante de dossiers et d’ordinateurs a été saisie lors de cette opération qui a duré plus de deux heures, l’hypothèse étant : la mairie a-t-elle fortement recommandé à des commerçants de participer au financement d’événements estivaux ? Auquel cas, il s’agirait d’un délit de concussion, correspondant au fait de contraindre à verser une contribution  que l’on sait “ne pas être due, ou excéder ce qui est dû”.  Ce délit peut justifier cinq ans de réclusion et une amende de 500 000 euros. Cette méthode, orchestrée par la mairie, pourrait s’élever à plusieurs dizaines d’euros au Barcarès.


Un maire sulfureux 

Le Barcarès a été conquis par Alain Ferrand (alors membre du Rassemblement pour la République, RPR) en 1995. L’élu a été contraint de démissionner en 1999 après avoir été condamné pour abus de biens sociaux, puis pour prise illégale d'intérêts et enfin pour fraude fiscale. Largement réélu en 2014 et en 2020, celui-ci est est aussi premier vice-président de l’agglomération Perpignan Méditerranée.

Mauvaise image pour le territoire

La nouvelle affaire en cours au Barcarès est largement relayée par la presse parisienne et autre, suite à une dépêche de l’Agence France Presse. Le Figaro, Le Point, Le Dépêche du Midi, 20 Minutes... plusieurs médias à forte audience relaient les détails sur la perquisition. Ce nouvel épisode est négatif pour l’image du Pays Catalan et le littoral du Roussillon, certains titres évoquant ”Alain Ferrand, restaurateur et patron du casino”. Ce portrait affuble le territoire de caractères propres à une république bananière.

Laura Pardineille