CULTURE, POLITIQUE

Va-t-on interdire Dieudonné, annoncé le 10 juillet à Perpignan ?

L’humoriste provocateur est interdit sur YouTube et Facebook

L’humoriste Dieudonné © Michaël Ropert
L’humoriste Dieudonné © Michaël Ropert

Le sulfureux Dieudonné s’annonce à Perpignan le 10 juillet, pour un spectacle clandestin. Cet événement sera-t-il interdit ?

L’humoriste controversé Dieudonné M’Bala M'Bala, privé de YouTube et de Facebook depuis plusieurs mois, continue d’exister sur Internet sur ses propres canaux. Il s’annonce en spectacle le 10 juillet prochain à “Perpignan”, mais cette indication est générique. Lors de ses précédents passages en Pays Catalan, le sulfureux polémiste a communiqué sur “Perpignan” mais s’est produit en réalité dans un champ à Baho, en février 2019, après avoir livré ses sketchs au Domaine d’Avallrich, ou Belric, à Montescot, en juillet 2018. Actuellement, un “Dieudobus” d’une capacité de 73 places est mobilisé dans certains cas.


Dans le cadre de sa tournée actuelle, intitulée “Finissons-en !”, Dieudonné dénonce un “système qui se radicalise dans la censure”. Son équipe d’organisation rend les spectateurs complices, car, après acheté acheté leur billet sur Internet, un SMS les informe du lieu de ralliement, quelques heures avant la représentation. Ce principe est celui des free-parties et fêtes clandestines montée malgré le Covid-19. La présence de l’artiste qui a ouvert en 2013 une joute verbale avec l’ex-maire de Perpignan, Jean Marc Pujol, interpelle nécessairement les autorités, mais les moyens de coercition sont limités.

30 000 euros d’amende pour injure à magistrate

L’humoriste controversé a été condamné le 14 avril à 30 000 euros d’amende par le tribunal de Versailles pour injure publique envers une magistrate, sur vidéo. Sur une séquence publiée en avril, il  comparait une magistrate de région parisienne aux femmes françaises ayant collaboré avec le régime nazi. En septembre 2020, il avait déjà été condamné à 10 000 euros d’amende pour propos racistes et en février à 9 000 euros d’amende pour une chanson à connotations antisémites.

David Senyarich