POLITIQUE

Edmond Jordà s’indigne de la consultation du gouvernement sur les élections

Le maire de Sainte-Marie préside l’Association des Maires de France 66

Edmond Jordà, président de l'AMF66 © AMF66
Edmond Jordà, président de l'AMF66 © AMF66

Nombre d’élus critiquent la méthode du SMS envoyé par le gouvernement, via les préfets, afin de les sondés sur la date des prochaines élections. Edmonde Jordà,, représentant des élus du Pays Catalan, est de ceux-là.

Vendredi 9 avril en soirée, les maires de France ont été destinataires d’un SMS des préfets les invitant à prendre position, avant ce lundi 12 avril à midi, sur le maintien ou le report des élections départementales et régionales. Ce procédé et ses délais offusquent plusieurs représentants d’élus, dont Edmond Jordà, président de l’Association des maires, des adjoints et de l’intercommunalité des Pyrénées-Orientales (66).


Cette indignation, est communiquée à l’occasion d’un regroupement de signatures réunissant notamment le président des élus de la région “Occitanie”. Elle fait suite à une prise de position identique formulée par la présidente régionale Carole Delga. Les élus concernés critiquent le modus operandi de l’exécutif central, car les corps intermédiaires n’ont pas été consultés, les préfets étant le fait et l’incarnation du centralisme. Les protestataires considèrent que la méthode gouvernementale zappe les représentants d’élus, démocratiquement désignés, alors même qu’un engagement a été pris, par l’État, de mieux les associer aux décisions. D’autres jugent que e SMS, ordinairement employé pour les situations de crise, est un moyen d’information trop trivial.

David Senyarich