ECONOMIE

Perpignan doit-elle accueillir une École 42 agricole ?

Xavier Niel lance un projet en supplément de l’école digitale

Xavier Niel, concepteur du campus "Hectar” © Altice
Xavier Niel, concepteur du campus "Hectar” © Altice

Après l’Ecole 42, Xavier Niel lance un campus agricole, a accès gratuit. Le Pays Catalan doit-il agir pour recevra une réplique de cet établissement?

Dans l’attente d’une École 42 désirée pour l’automne à Perpignan, en accord avec le modèle formatif défendu par le propriétaire de Free, Xavier Niel, le Pays Catalan doit-il accueillir une école “Hectar” ? Cet autre modèle, consacré à l’agriculture, est également lancé par l’homme d’affaires, fondateur du groupe de télécommunications Altice et copropriétaire du groupe Le Monde.


Rendre l’agriculture plus sexy 

La première école “Hectar”, établissement d’accès gratuit voué à former les agriculteurs de demain, ouvre ses portes en septembre a Lévis-Saint-Nom, dans le département des Yvelines. Dès la première année, elle devrait accueillir 2000 étudiants, prêts à se former aux métiers agricoles et à la reprise d’exploitations (culture, élevage), sur plus de 600 hectares consacrés à ces apprentissages.

L’effet de ce type d’enseignement est de rendre le travail paysan plus attractif et plus moderne, en se prévalant d’avoir été façonné sur le plus grand campus agricole du monde. Dans la France centralisée, où l’Etat vertical est la norme, ce modèle venu d’en haut est parfait pour susciter des répliques. Dans les Pyrénées-Orientales, en déficit d’économie productive, le concept “Hectar” ne peut qu’interpeller.

Isabelle Fajal