L’énergie éolienne, freinée dans la région de l'Aspre, s’accélère à Perpignan

Eolienne (image d'archives)
Eolienne (image d'archives)
La tramontane ne garantit pas la dynamique éolienne en Pays Catalan. Mobilisé depuis début décembre, un collectif baptisé « Le Vent tourne » s’oppose à un projet de Zone de Développement d'Eoliennes (ZDE) portant sur un parc de 47 à 82 éoliennes envisagé depuis 2002 sur la Communauté de communes des Aspres. Les opposants évoquent sans surprise un « saccage » des paysages, accusent les élus des Aspres d’« imposture écologique ». A l’inverse, deux ZDE sont actées par la Communauté d’Agglomération Perpignan-Méditerranée, tentée par l’autosuffisance énergétique potentiellement fournie par la variété des vents, au nombre de 8 en Roussillon, pour 41% de tramontane. La première zone devrait porter sur la commune côtière de Sainte-Marie-la-mer, la seconde, plus vaste, sur Pézilla-la-Rivière, Villeneuve-de-la-Rivière, Baixas et Calce, soit un total de 40 éoliennes. Jeudi 11 décembre, une réunion publique au palais des congrès de Perpignan a été l’occasion d’annoncer la présentation de ces projets dès janvier 2009 à la préfecture des Pyrénées-Orientales en vue d’une validation rapide, dans le cadre du Grenelle de l’environnement 2015. Les deux parcs, qui pourraient fonctionner dès 2010, sont voués à créer, selon l’expression du maire de Perpignan Jean-Paul Alduy, un territoire à « énergie positive ».