POLITIQUE, Art

Perpignan : la mairie s’affiche à gauche, avec les artistes

Des blocs à peindre sont installés au centre de la cité

Le peintre performer Boris Normand au couvent des minimes, Perpignan, face à André Bonet, adjoint à la Culture, et Louis Aliot, maire © Mairie de Perpignan
Le peintre performer Boris Normand au couvent des minimes, Perpignan, face à André Bonet, adjoint à la Culture, et Louis Aliot, maire © Mairie de Perpignan

La justice a fermé les musées de Perpignan ? La mairie lance “L’art dans l’air” et attire à elle des artistes, tout en s’octroyant une image progressiste.

La mairie de Perpignan a lancé une opération d’art hors les murs des musées, après l’interdiction administrative d’ouverture de ses quatre musées publics, prononcée lundi 15 février par l’Etat. De gros blocs blancs composés de matière à peindre sont désormais réservés à des artistes de rue (street artists) sur le quai Vauban, la place Arago, la place Rigaud et la place de la République. Des oeuvres sont également visibles dans le patio de l’hôtel de ville. Cette habile initiative anime la ville et rapproche l’art du citoyen, sans distinctions sociales. De quoi faire pâlir la gauche et la droite morales.


L’extrême droite dépasse la gauche sur sa propre gauche

Les peintres Boris Normand et Corinne Izquierdo, ainsi que le sculpteur Hervé Abel, font partie de la série de neuf créateurs sélectionnés par l’hôtel de ville pour traduire cette démarche de libération de l’art. Pour le maire Louis Aliot (Rassemblement national), il s’agit d’une opération fructueuse, car l’implicite français associe la culture de rue au progressisme. Le Conseil département de Pyrénées-Orientales, à majorité socialiste et communiste, organisateur de l’opération annuelle “Balade en terres d’artistes”, est lui-même doublé sur sa gauche par l’extrême droite.

"L'art dans l'air", Perpinyà, dijous 18 de febrer de 2021 © Ajuntament de Perpinyà "L'art dans l'air", Perpinyà, dijous 18 de febrer de 2021 © Ajuntament de Perpinyà

Isabelle Fajal