ECONOMIE

Hôtellerie-restauration : contenu de la conférence téléphonique entre Brice Sannac et Matignon

Communiqué de presse du syndicat professionnel UMIH 66

Comunicat_4
Comunicat_4

Le président de l’UMIH 66, Brice Sannac, a conversé avec les services du 1er ministre, vendredi 12 février.

Communiqué de presse de l’Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie des Pyrénées-Orientales (UMIH 66), 12 février 2021.


Brice SANNAC, Président, accompagné des membres du Bureau de l’UMIH66, s'est entretenu ce jour à sa demande avec Monsieur Victor BLONDE, Conseiller technique "participations publiques, commerce et simplification" aux Cabinets du Président de la République et du Premier Ministre.

Le représentant du syndicat a dans un premier temps effectué une présentation succincte de la filière tourisme dans les Pyrénées-Orientales ainsi que de son importance économique dans un département miné par un chômage de masse.

"Quoi qu'il en coûte?"

Un point a été ensuite fait sur les mesures de soutiens (sic) et les délais bien trop importants de déblocage des fonds qui entrainent les professionnels du secteur dans des difficultés de trésorerie. Les conseillers ont été alertés sur l'incohérence des modalités d'attribution du chômage partiel ainsi que sur l'absence totale de soutien à la rémunération des dirigeants. Enfin, la question des baux commerciaux a été abordée, l'UMIH66 soulignant les failles de la mesure mise en place en décembre 2020. 

"Proposition de réouverture"

Les propositions formulées le 2 février ont été argumentées. Brice SANNAC a insisté sur le côté responsable de la profession, mais aussi sur les difficultés de trésorerie d'un grand nombre d'exploitants. Aux mesures de réouverture devront s'imposer un maintien des mesures de soutien. 

1er Temps : Ouverture des hôtels et restaurants (Catégorie O obligatoire) pour la seule clientèle de l’hôtel (couvre-feu à 22h) et ouverture des restaurants et bars (catégorie N) seulement le midi.

2ème temps : Ouverture des restaurants et bars (catégorie N) pour la clientèle extérieure jusqu’à 22h.

3è temps : Fin du couvre-feu et permission pour nos métiers d’entamer une reprise d’activité.

4è temps : avant l’été, réouverture des discothèques sur la base du protocole proposé l’an passé par nos métiers. 

"Et après ?" Il est temps de se projeter sur l'avenir de la filière touristique

La France, 1ère destination touristique mondiale ne peut se priver de cette industrie porteuse d'emplois non délocalisables mais aussi tellement symbolique tant elle reflète un "art de vivre" de notre pays. Nous devrons, après avoir été au chevet de l'état sanitaire des plus fragile, nous consacrer à l'état de santé de nos entreprises et de leur dirigeant.

Comment nos entreprises peuvent rembourser l'équivalent de 25% de leur CA d'avant crise en 5 ans . (PGE) ?

Ces remboursements, pour les entreprises qui parviendront à honorer leurs dettes viendront aux dépends des investissements d'aménagement et d'accueils pour les clients et laisseront la destination France incapable de faire face aux défis d'un tourisme mondialisé.

Nos professions sont déjà lourdement endettés du fait des nombreuses normes réglementaires qui s'empilent depuis de nombreuses années.

Le Gouvernement va devoir également se pencher sur les durées d'amortissements et d'emprunts pour nos métiers, à titre d’exemple, un hôtelier qui rénove sa toiture en France doit la financer sur 10 ans là où nos voisins allemand peuvent s'endetter sur 25 ans.

Note aux lecteurs:
Ceci est le contenu copié-collé du communiqué de presse de son émetteur, qui en assume l'entière responsabilité. Nous l’avons cependant vérifié, ce qui peut conduire à un décalage d’édition en ligne de quelques heures ou jours.

Soumettre un communiqué

Laura Pardineille