SOCIÉTÉ, ENVIRONNEMENT

Des maisons menacées par la mer à Collioure

La corrosion de certaines habitations se confirme lors de chaque llevantada

Plage des reguers negres, Collioure, 6 février 2021 © La Clau
Plage des reguers negres, Collioure, 6 février 2021 © La Clau

A Collioure, les assauts de la mer fragilisent plusieurs maisons des résidences Les Batteries et Les Roches Bleues.

La llevantada arrivée vendredi 5 février sur la côte catalane produit les images spectaculaires d’une mer conquérante sous ce coup d’Est. Sur l’ensemble de la Côte Vermeille, Collioure abrite les habitations les plus exposées, à ras de certaines plages, dont celle des reguers negres. Ce lieu surplombé par les résidences des Batteries et des Roches Bleues subit la corrosion de la grande bleue en furie. Plusieurs logements, datant de 1974-1975 pour les premiers et 1989 pour les seconds, sont désormais consolidés par des étais, car la mer les a fragilisés. Sans ces béquilles, des effondrements se seraient déjà produits.


Des ferraillages corrodés par le sel

Ces supports métalliques assurant le maintien des balcons et des soubassements se multiplient aussi au niveau de la plage de l’oli, partagée avec Port-Vendres. Ces maisons, imprudemment construites près de la mer, sont le vestige de la politique immobilière des années 1970 et 1980. En prise au vent, conjugué au sel et aux embruns, elle ont été construites selon des modes inappropriés car l’alliance de ferraillage et de béton trop peu épais n’est pas aussi efficace que les constructions traditionnelles employant le schiste noir.

Platja dels reguers negres, Cotlliure, 6 de febrer de 2021 © La Clau

David Senyarich