SOCIÉTÉ, POLITIQUE

Sang et or interdit : ils dénoncent un État qui veut des “gens sans pays”

Le mouvement Patriotes Catalans critique le “mandat centralisateur” de Macron

© La Clau
© La Clau

L’État interdit le sang et or sur les plaques d’immatriculation : les Patriotes Catalans fustigent l’État, qui fabriquerait des “humains génériques dépourvus de culture”.

Les drapeaux de territoires historiques ajoutés sur les plaques d’immatriculation par les automobilistes sont désormais interdits. Le 16 décembre 2020, la Cours de cassation a statué en ce sens après avoir été saisie par le fabricant de plaques Faab fabricauto qui contestait la présence d’autocollants sur les immatriculations. Une amende de 135 euros, majorable jusqu’à 750 euros, menace les contrevenants. À Perpignan, les Patriotes Catalans, rattachés à la mouvance identitaire, jugent que l’État souhaite des “citoyens sans racines et sans saveur, des humains génériques dépourvus de culture, des gens d’aéroports” et ajoute “Nos dirigeants veulent nous rendre comme eux : des gens sans pays”.


La disparition des couleurs sang et or sur les plaques des véhicules est un “effacement scandaleux” estiment les Patriotes Catalans, selon lesquels le mandat d’Emmanuel Macron est “le plus centralisateur depuis 40 ans”.

Laura Pardineille