SOCIÉTÉ, COMMUNIQUÉS

Droit de réponse de l’APLEC pour diffamation dans la Revue Politique et Parlementaire

Information de l’Association pour l’enseignement du catalan

Droit de réponse de l’APLEC pour diffamation dans la Revue Politique et Parlementaire
Droit de réponse de l’APLEC pour diffamation dans la Revue Politique et Parlementaire

L’association APLEC communique son droit de réponse après une assimilation entre l’islamisme et la langue catalane dans la Revue politique et parlementaire.

(Communiqué de presse)


L’APLEC a obtenu la publication (aujourd’hui) d’un droit de réponse dans la « Revue politique et parlementaire » qui avait publié en décembre dernier sous la plume de Laurence Taillade qui se présente elle-même comme « consultante et praticienne en techniques comportementales et contextuelles » un article diffamatoire dans lequel elle rapprochait explicitement les activités d’enseignement du catalan de l’association de la propagande séparatiste d’organisations islamistes (“Catalogne: n’acceptons pas le séparatisme sur notre sol!”).

L’APLEC dénonce ses propos outranciers et mensongers et rappelle que le travail d’initiation à la langue de tous ses maitres de catalan se fait en étroite collaboration et complémentarité avec l’Éducation nationale et avec le soutien des collectivités locales, communes, Département et Région. Ci-après, l’intégralité du droit de réponse publié. Info complète sur www.aplec.cat.

Droit de réponse

“L’enseignement du catalan à Perpignan et le Pays Catalan” : l’APLEC diffamée, répond.

Dans un texte publié par Laurence Taillade dans la rubrique ‘Libre opinion’ votre revue fait un rapprochement aussi injustifié que diffamatoire pour notre association – l’APLEC, l’Association pour l’enseignement du catalan – entre le “danger du communautarisme islamiste” et “une autre menace pour l’unité nationale, prenant le visage du séparatisme catalan”.

Il ne nous appartient pas ici de revenir sur des propos relatifs au référendum catalan de 2017 et au mouvement indépendantiste de la Catalogne en nous substituant aux protagonistes et personnes directement concernées, mais il est du devoir de l’APLEC nommément mise en cause, de rétablir la vérité sur les manquements qui lui sont imputés.

Le rôle de l’APLEC depuis 38 ans, avec l’appui moral et financier des collectivités locales – communes, Département et Région – est de contribuer au développement de l’enseignement de la langue et de la culture catalanes. Les interventions de l’APLEC auprès de plus de 10 000 élèves de la partie catalane du département des Pyrénées-Orientales (ou Catalogne Nord), s’organisent dans le cadre des dispositions légales et règlementaires (loi Peillon, article L312-10, circulaire 2017-072 du 12-4-2017) relatives à l’enseignement des langues régionales, qui “appartiennent au patrimoine de la France” (art. 75-1 de la Constitution) et en concertation étroite avec les services de l’Éducation nationale. Les enseignants de catalan – intervenant.e.s de l’APLEC, mais aussi et surtout professeur.e.s titulaires du primaire, du secondaire et de l’enseignement supérieure et de la recherche – ainsi que tous les programmes officiels de l’enseignement du catalan se réfèrent aux “Pays Catalans”, appellation ordinaire et historique qui désigne l’ensemble des régions et territoires de l’aire linguistique catalane (Catalogne Nord, Andorre, Frange d’Aragon, Catalogne Sud, Baléares, Pays valencien, l’Alguer et Carxe). Les enseignants de catalan font référence de manière naturelle et normale à l’ensemble de la catalanophonie (10 millions de locuteurs) et à la richesse de sa culture et de sa littérature (des plus anciennes d’Europe), tout comme les enseignants d’anglais, d’espagnol ou de français se réfèrent aux aires culturelles de ces langues.

Quant à l’évocation supposée d’un “apartheid linguistique français dans les écoles”, relève-t-elle de la volonté de nuire de l’autrice du texte, de son ignorance de la réalité ou d’obsessions fantasmées ? Nous invitons les personnes intéressées à se reporter aux programmes officiels des enseignements de catalan (Bulletin officiel de l’Éducation nationale), ainsi qu’aux contenus des activités réalisées auprès de nos élèves et que l’association met à disposition sous forme de “Diari de classe” (journal de classe) en ligne, accessible à tous (communauté éducative, parents d’élèves, élus...). Rappelons enfin que les cours de catalan des intervenant.e.s extérieur.e.s de l’APLEC se déroulent en présence des professeur.e.s des écoles, responsables de leur classe, et sous la supervision de l’inspection pédagogique de catalan.

Si toutefois en se référant à un “apartheid linguistique français”, Mme Taillade entendait le non respect par la France des conventions internationales de protection des minorités linguistiques (Convention pour la protection des droits des enfants, Pacte des droits civils et politiques) et les restrictions de fait à l’enseignement de la langue régionale, nous pourrions fournir à votre publication toutes précisions utiles. Mais qu’en auraient à faire des enfants de classes maternelles ou élémentaires bénéficiant d’interventions de l’APLEC ? Les chants de Noël, les contines de fêtes traditionnelles et des expressions de la vie quotidienne sont de bien meilleurs outils pédagogiques.

Enfin, pour ce qui est du soutien des institutions locales et des Catalans (au sens d’habitants du département des PO), rappelons que l’enseignement de la langue et de la culture historique de ce territoire fait l’objet d’un large consensus. Plus de 80 % des habitants se déclarent favorables à l’enseignement du catalan, plus de 75 % favorables à l’enseignement bilingue ; les principales collectivités – Ville de Perpignan, Conseil départemental – ont voté à plusieurs reprises des textes (chartes...) de soutien à la reconaissance, à l’enseignement et au développement de la langue catalane, et les programmes scolaires d’enseignement du catalan rallient l’éventail complet des élus et des partis du paysage politique catalan. Un simple exercice démocratique, en somme.”

Laura Pardineille