SOCIÉTÉ

La colère gronde contre la pollution aérienne à Rivesaltes

Les riverains en ont assez du bruit des avions de loisirs

© Cesc Franquins
© Cesc Franquins

Le survol de petits avions à Rivesaltes est une plaie sonore pour certains habitants. La colère monte contre cet abus de l’espace aérien.

Les protestations se multiplient à Rivesaltes et Peyrestortes, où un ballet d’avions de loisirs provoque quotidiennement des nuisances sonores de plus en plus fréquentes. Ces aéronefs opèrent depuis l’école de pilotage Aéropyrénées et le centre de formation aéronautique professionnel Aérofutur, situés dans le périmètre de l’aéroport de Perpignan-Rivesaltes, à raison de dizaines de passages, selon les jours. Un témoin en a comptabilisé 88 le dimanche 13 décembre 2020, après une semaine quotidiennement jalonnée par 70 ou 80 survols du même genre. Le dimanche 20 décembre, un survol était identifié toutes les 3’30 minutes entre 15h30 et 16h30. Ce phénomène observé depuis 2018 inflige une pollution sonore à un nombre croissant de riverains. La raison de ce ballet continuel est le changement de direction du sens de décollage, du côté droit de la piste, une réorientation qui conduit les appareils à survoler Rivesaltes.


Des abus sonores connus des autorités

Cette problématique,  connue de la préfecture des Pyrénées-Orientales et de la direction générale de l'Aviation civile (DGAC, rattachée au ministère de la Transition écologique), a justifié plusieurs plaintes en gendarmerie. Ailleurs en territoire français, la lutte contre la pollution issue des  activités de loisirs des aéroports est organisée, notamment à Beauvais, et conseillée par l'Autorité de Contrôle des Nuisances Aéroportuaires (ACNUSA), qui a créé un et le ”plan de gêne sonore”. Dans l’immédiat, certains habitants se voient infliger un bruit de fond pernicieux, arrivé progressivement.

Grégory Prujà