SOCIÉTÉ

Des détenus de la prison de Perpignan continuent leur parcours criminel par téléphone portable

5 appareils ont été saisis jeudi 26 novembre

Photo by Marjan Grabowski on Unsplash
Photo by Marjan Grabowski on Unsplash

Des prisonniers du centre pénitentiaire de Perpignan utilisent illégalement des téléphones portables pour menacer leurs victimes et continuer leur carrière criminel.

Les intrusions d’objets et matières illégales sont fréquentes au centre pénitentiaire de Perpignan. Le  syndicat UFAP / UNSA nous signale l’entrée de 5 téléphones portables “et leurs chargeurs”, des kits prêts à l’emploi, saisis jeudi 26 novembre lors d'une fouille de cellule au deuxième étage de la maison d'arrêt.


Un lien permanent avec l’extérieur

Le syndicat rappelle qu’un téléphone fixe a été installé dans toutes les cellules “pour préserver le maintien des liens familiaux”, selon le souhait de l’ancienne ministre de la Justice, Nicole Belloubet, qui a choisi d’équiper plus de 50 000 cellules de 178 prisons sur plusieurs années. Mais cette mesure ne “ralentit pas le trafic de téléphones portables sur notre établissement”, signale l’UFAP / UNSA, selon laquelle ces appareils servent à certains détenus “à poursuivre leurs activités criminelles” ou à “harceler leurs victimes”.

David Senyarich