SOCIÉTÉ

90% des étudiants espagnols confondent le porno et la sexualité réelle

Le sexe filmé influence les pratiques de la jeunesse

© Charles Deluvio
© Charles Deluvio

90% des étudiants espagnols confondent le porno et la sexualité réelle, qu’ils vivent comme une sorte de fiction.

Une étude réalisée par les universités des Îles Baléares et de Santiago de Compostelle confirme la généralisation d’une tendance : 90 % des étudiants du territoire espagnol jugent la pornographie identique à la sexualité ordinaire, contre 42 % chez les étudiantes. Ces affirmations sont issues d’un panel de jeunes de 18 à 26 ans inscrit dans 8 universités espagnoles. Parmi ce  public, un garçon sur trois et une fille sur six consomment du porno tous les  jours. 56 % ont découvert la pornographie à 15 ans, voire plus tôt.


La sexualité vécue comme une fiction

La sexualité filmée a développé un modèle que les étudiants tendent à reproduire. Les conduites à risque et les comportements violents se multiplient dans leurs propres relations sexuelles, de sorte que 11 % des étudiantes affirment avoir subi des conduites violentes de la part d’un partenaire. Le sexe sans préservatif est revendiqué par 55,6 % des étudiants, contre 24,4 % des étudiantes. La sexualité à plusieurs est prônée par 18,5 % des garçons et 6,7 % des filles, mais les sex-tapes, consistant à filmer les ébats, qui séduisent 13 % des étudiants, n’attirent aucune étudiante.
Le professeur majorquin Lluís Ballester, auteur de cette étude, estime que la jeunesse espagnole actuelle est en “déconnexion empathique” et considère sa sexualité “comme une fiction, ce qui permet de protéger sa conscience”.

Laura Pardineille