ECONOMIE

Le tourisme en Pays Catalan est-il vraiment de l’économie ?

L’Observatoire du tourisme livre une étude basée sur le nombre de séjournants

Hôtel de la plage, el Barcarès, Roussillon, Pyrénées-Orientales © Hôtel de la plage
Hôtel de la plage, el Barcarès, Roussillon, Pyrénées-Orientales © Hôtel de la plage

Une étude Kantar commandée par l’Observatoire de l'Agence de Développement Touristique des Pyrénées-Orientales révèle que les “touristes” dorment surtout dans leur famille ou chez des amis.

Une radiographie volumétrique du tourisme dans les Pyrénées-Orientales a été présentée ce mercredi 19 novembre par l’Observatoire de l'Agence de Développement Touristique du territoire, sous la responsabilité du Conseil départemental. Cet organisme répercute une fine étude de l’institut de données Kantar, spécialisé dans l’étude des comportements et des déplacements touristiques de 2018. Son tracking révèle la provenance, la durée du séjour et les déplacements sur le territoire de destination des voyageurs. Cette étude vise les 365 nuits de 2018, elle fixe le nombre de touristes en éludant leur panier de dépenses moyen, qui détermine le chiffre d’affaires du tourisme en Pays Catalan. Le poids exact du tourisme par rapport aux secteurs de l’agriculture, l’industrie, l’économie du savoir et les services, est écarté.


Tourisme de présence, tourisme de dépense

À grands traits, la “touristicité” des Pyrénées-Orientales “passe par l’hébergement marchand et surtout non marchand”, avoue l’observatoire. Le touriste loge chez des amis ou dans sa famille, le territoire comptant 164 000 lits en hôtellerie variée et 475 000 lits non marchands, c’est à dire privés. “Ne pas les prendre en compte, c’est passer devant une grande partie de notre clientèle donc de l’activité du tourisme et des loisirs”, soulève l’observatoire. Cependant, hors dépenses de restauration et autres, si autant de nuitées sont gratuites, s’agit-il de tourisme ?

”Au mois d’août, c’est près d’une personne sur deux présentes dans le département qui est un touriste”, souligne l’Observatoire, davantage interpellé par le volume que l’argent investi ici. “Notre destination est bien la deuxième destination touristique française”, précise l’Observatoire, en accord avec les calculs du Comité interministériel de la même année 2018, selon lesquels la France, première destination touristique mondiale, n'est que troisième en terme de recettes touristiques. Pour la même année, l’Organisation Mondiale du Tourisme signale 80 millions de touristes pour 180 milliards d’euros de chiffre d’affaires aux Etats-Unis, 83 millions de touristes et 74 milliards de dépenses en Espagne (dont 24 % pour la Catalogne du Sud), 56,2 milliards de touristes et un chiffre d’affaires de 89,4 millions en France. Le Pays Catalan, sous stratégies françaises, reste placé sous le seul critère du nombre, c’est à dire de l’aura et de la réputation, tout en réservant des considérations secondaires à l’économie. 

Consultez l’étude “La touristicité de la destination des Pyrénées-Orientales passe par l’hébergement marchand et surtout non marchand”.

David Senyarich