SOCIÉTÉ, POLITIQUE

Le député catalan Christophe Euzet défend une loi contre la discrimination à l’accent

L’accent parisien est le seul sérieux dans les médias, à Paris et à Perpignan

Le député Christophe Euzet © Assemblée nationale
Le député Christophe Euzet © Assemblée nationale

Contre la discrimination sociale à l’accent, le député catalan Christophe Euzet propose un projet de loi ce mercredi 18 novembre.

Le député catalan Christophe Euzet, qui a des attaches à Perpignan et à Elne, s’engage pour un projet de loi visant à sauver les accents autres que l’accent parisien. Ce parlementaire du groupe Agir, élu sous l’étiquette de la République en Marche en 2017, dans le département de l'Hérault, est porteur du texte “Promouvoir la France des accents", soutenu par 59 autres parlementaires.


Un racisme soft promu par les médias parisiens

Actuellement confiné à Perpignan, C. Euzet prend appui sur un sondage Ifop de janvier 2020, stipulant que parmi les 33 millions de Français qui parlent avec ce que l’on nomme un “accent”, 27% sont l’objets de moqueries, jusqu’à 60% dans les territoires où l'accent est jugé fort. Ce racisme soft, unique au monde dans son intensité, constitue une discrimination incluse désormais parmi les glottophobies. Le mépris induit est notamment présent dans les médias centralisés, où l’accent Parisien constitue une norme implicite, l’accent du Sud, parmi d’autres, étant au mieux réservé au rugby, à la météo et à l’humour.
Le projet de loi porté par le député Euzet est présenté ce mercredi 18 novembre en commission des lois et le 26 dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale.

Laura Pardineille