SOCIÉTÉ

30% des Espagnols ont du sang juif ou maghrébin

Jeunes Barcelonais, 2008
Jeunes Barcelonais, 2008
Selon une étude de l'Université Pompeu Fabre de Barcelona publiée par l'American Journal of Human Genetics, 19% de la population de la péninsule ibérique présente dans son génome des marqueurs génétiques juifs sépharades, et 10,6% des marqueurs maghrébins. Cette étude basée sur le chromosome Y, exclusivement masculin et sans variations dans la reproduction, permet d'évaluer son ordre d'apparition. Il démontre que le lignage nord-africain s'est introduit dans la population péninsulaire dès la première vague de conquête musulmane du VIIIème siècle, sans pouvoir évaluer l'impact des vagues suivantes. Présents physiquement de l'an 711 au XVème siècle, à partir duquel les Rois catholiques ont éradiqué méticuleusement toute influence juive ou musulmane, comme à Perpignan d'où les Juifs ont été explusés en 1493, Juifs sépharades et Musulmans africains du Nord ont laissé un héritage indélébile. Plus étonnant, cette présence génétique serait plus présente dans l'Ouest que dans l'Est de la péninsule, ce qui pourrait être expliqué par un plus grand impact des conversions religieuses, volontaires ou forcées, qui aurait provoqué une plus grande intégration nord-africaine dans la population.