SOCIÉTÉ

Prison de Perpignan : il menace de décapiter des agents

Comportements sans limites au sein du centre pénitentiaire

La surpopulation atteint 234% à la prison de Perpignan
La surpopulation atteint 234% à la prison de Perpignan

Un détenu de la prison de Perpignan promet la mort par décapitation à des agents qui refusent de lui donner du tabac.

L’assassinat du professeur Samuel Paty par l’islamiste tchétchène Abdoullakh Anzorov, vendredi 16 octobre à Conflans Sainte-Honorine, en région parisienne, procure un impact invraisemblable à Perpignan. Au sein du centre pénitentiaire, un détenu a menacé de décapiter plusieurs agents, mardi 20 octobre vers 16h30. Cet individu de 42 ans, séjournant en quartier disciplinaire s’était vu refuser une dose de tabac par le personnel. Sa réaction a été de proférer des menaces de mort, au contenu extrêmement graves compte tenu du mode opératoire annoncé.


“Apologie du terrorisme”

Suite à ces faits, le syndicat UFAP / UNSA demande au procureur de la République la “comparution immédiate” de l’intéressé pour "menaces de mort sur personnel dépositaire de l’autoritaire publique" et "apologie du terrorisme". Il demande également un transfert vers un quartier pour détenus dit “radicalisés”.

Grégory Prujà