ECONOMIE

Tunnel du Perthus : TP Ferro exige 700 millions d’euros à Paris et Madrid

10 ans après sa finalisation, la percée sous les Albères reste un gouffre financier

Tunnel du Perthus / EFE
Tunnel du Perthus / EFE

Le Tunnel du Perthus, où passent les TGV et AVE Paris-Perpignan-Barcelone, a ruiné son ancien exploitant, TP Ferro, qui exige 700 millions d’euros aux Etats français et espagnol.

L’absence de rentabilité du tunnel du Perthus, boudé par trop de TGV et trains de fret, est inhérente à l’existence cet ouvrage d’art, entamé en 2007 et testé pour la première fois en novembre 2010. Près de dix ans plus tard, les gouvernements français et espagnol, constitués en société conjointe pour permettre la continuité des communications, sont assignés en justice per le premier concessionnaire, TP Ferro, constitué en 2003. Face au Tribunal arbitral de Genève, cet exploitant fondé par la société française Eiffage et la société espagnole ACS exige 700 millions d’euros à Paris et à Madrid en raison du faible rendement du tunnel. En effet, chaque convoi réglant un droit de passage, la faible fréquentation du site a provoqué la mise en liquidation de l’entreprise, fin 2016. Mais à l’inverse, les Etats demandent 75 millions à TP Ferro, qu’ils tiennent pour responsable de ne pas avoir liquidé correctement le contrat visant le tunnel, et, plus largement, les 44,4 km de voies ferroviaires transfrontalières joignant Perpignan et Figueres.


Grégory Prujà