ECONOMIE

Le maire de Port-Vendres refuse le déclin de la vigne

Un plan de sauvetage du vignoble de la Côte Vermeille intitulé “Reconquesta”

Grégory Marty, maire de Port-Vendres / Mairie de Portvendres
Grégory Marty, maire de Port-Vendres / Mairie de Portvendres

La vigne recule année après année à Port-Vendres. La mairie prend la tête d’une action de reconquête territoriale.

Face au recul de la vigne évalué à 60 hectares par an sur on territoire, la mairie de Port-Vendres engage le programme de sauvetage “Reconquesta”. Cette action est guidée par le maire, Grégory Marty, qui n’est pas tourneboulé par la passive économie touristique. Elle vise a relancer le cep, avec l’aide technique du vigneron Alain Pottier, fondateur du Domaine de la Tourasse qui s’étend de Port-Vendres à Cerbère, et de Bernard Pech, représentant des trois coopératives de la Côte vermeille. A la déprise agricole s’ajoute un “gros déficit de notoriété, les vins doux n’étant plus tendance”, le cru Banyuls (notamment produit à Port-Vendres) étant en “grande difficulté”, estime la mairie.


Le maire Grégory Marty, refuse le “spectacle de vignes à l’abandon”. 

Sans intervention de la Chambre d’Agriculture des Pyrénées-Orientales et de toute autre institution traditionnelle, “Reconquesta” parcourt Port-Vendres, Collioure, Banyuls et Cerbère pour échanger avec les municipalités et les habitants. Lundi 17 août à 18h, au cinéma Vauban de Port-Vendres sera présenté un projet de revitalisation du vignoble de la Côte Vermeille, en réunion publique. Une bourse du foncier, un groupement d’employeurs et une vigne patrimoniale dans chacune des quatre communes de la Côte vermeille seront présentés. Pour Grégory Marty, l’enjeu est d’aider les “audacieux” qui refusent le “spectacle de vignes à l’abandon”.

David Senyarich