SOCIÉTÉ

La Maternité d’Elne devient un lieu de résistance à Louis Aliot

Le Comité solidaire avec la Catalogne du Sud y organise un rassemblement

La Maternité Suisse d'Elne-Château d'en Bardou / Magda Roca
La Maternité Suisse d'Elne-Château d'en Bardou / Magda Roca

Le Comité de Solidarité avec les prisonniers sud-catalans refuse l’élection de Louis Aliot à la mairie de Perpignan et se déplace à Elne le 20 août.

Tous les jeudis, le groupe indépendantiste “Comité de Solidarité Catalane de Perpignan” organise “L'Heure Solidaire”, au pied du Castillet. Cette organisation soutient les prisonniers et exilés politiques de Catalogne du Sud, dont le plus célèbre est l’ex-président du gouvernement catalan, Carles Puigdemont, réfugié en Belgique. Le 20 août, pour la première fois, cette mobilisation déménagera de Perpignan pour rallier la Maternité d’Elne-Château d’en Bardou. Le symbole est fort, car ce lieu a permis la naissance de plus de 600 enfants de réfugiés espagnols, juifs et tsiganes, entre 1939 et 1940, notamment lors de l’occupation nazie.


Les organisateurs souhaitent marquer leur refus de la victoire de Louis Aliot aux élections municipales du 28 juin. Ce rassemblement dans la ville reconquise le 28 juin par son ancien maire communiste, Nicolas Garcia, débutera à 18h30. Le comité ne souhaite pas pour autant “abandonner les rues de Perpignan à l’extrême droite” et prévoit de rendre son action itinérante.

Laura Pardineille