ECONOMIE

Le Pays Catalan a reçu 8 millions de visiteurs en 2019

Les chiffres du tourisme sont publiés par l’Agence de Développement Touristique des Pyrénées-Orientales

Répartition géographique des séjours touristiques en Pays Catalan, 2019 © ADT 2020
Répartition géographique des séjours touristiques en Pays Catalan, 2019 © ADT 2020

Les chiffres du tourisme 2019 en Pays Catalan sont disponibles : 8 millions de visiteurs, 61 % près de la mer, 11,7 millions d’euros de forfaits pour la station de Font-Romeu.

En attendant les chiffres de “l’été Covid”, qui pourraient être surprenants en termes positifs, l’Agence de Développement Touristique des Pyrénées-Orientales (ADT 66) livre les grands chiffres de l’année dernière. Le document “Chiffres Clés du Tourisme et des Loisirs 2019”, publié le 31 juillet, révèle que le territoire a suscité 35,1 millions de nuitées touristiques en 2019, consommées dans 640 094 lits touristiques. 8 millions de visiteurs ont été reçus, dont 3,8 millions de “touristes” (entendus comme des personnes dormant sur place, les autres étant classés parmi les “excursionnistes”). Cette synthèse révèle aussi que les forfaits de ski ont produit 11,7 millions de chiffre d'affaires à, la station de Font-Romeu, suivie de celle des Angles à 7,6 millions et de Formiguères, à 2 millions.


61% des visiteurs choisissent le littoral

Les indicateurs publiés signalent de nombreuses informations détaillées, à caractère stratégique pour les professionnels : ils renseignent sur le nombre de curistes reçus à Amélie-les-bains (26 290), le chiffre hallucinant de 1,5 million de visiteurs accueillis par le Marché de Noël du Barcarès (contre 1,2 million pour le lac de Villeneuve-de-la-raho) ou encore la distribution géographique des séjours, en fonction des régions. Le littoral, rattaché aux plaisirs balnéaires et au soleil, selon un tourisme à l’ancienne, attire 61% de la fréquentation, contre 12 % pour la Cerdagne et le Capcir. La dépendance héliotrope héritée du XXe siècle est encore prégnante, mais le tourisme intelligent se défend. Globalement, cette étude est davantage basée sur le volume de fréquentation, véritable obsession française, que sur le chiffre d’affaires global, seul critère probant, car le tourisme reste une activité économique comme d’autres, et non pas une caractéristique naturelle des territoires.

Laura Pardineille