SOCIÉTÉ

L’Etat retire des mobile-homes illégaux à Argelès-sur-Mer

Plusieurs logements illégaux ont été retirés le 15 juillet

Opération de lutte contre la cabanisation, Argelès-sur-Mer, 15 juillet 2020 @ Préfecture des Pyrénées-Orientales
Opération de lutte contre la cabanisation, Argelès-sur-Mer, 15 juillet 2020 @ Préfecture des Pyrénées-Orientales

Des mobile-homes illégaux ont été retirés par l’Etat à Argelès-sur-Mer, dans le cadre de la lutte contre la cabanisation.

Une opération musclée contre des logements illégaux a été menée mercredi 15 juillet sur un terrain agricole d’Argelès-sur-Mer. A 6h du matin, des machines de levage ont procédé à l’enlèvement de résidences mobiles de loisirs et d’une caravane, sur ordre du préfet des Pyrénées-Orientales. Cette action s’inscrit dans le cadre de la politique d’Etat contre la cabanisation, illustrée par l'implantation sans autorisation de constructions dans des espaces naturels ou agricoles. Cette pratique “met en danger des populations en les exposant à des risques naturels”, notamment les incendies et inondations, tout en dégradant les paysages et en “polluant les sites par le déversement des eaux usées dans la nature”, signalent les services de l’Etat à Perpignan.


A Argelès, les propriétaires du terrain occupé ont été condamnés par la Cour d’Appel de Montpellier en 2013 à la remise en état des lieux par l’enlèvement des habitations non-autorisées. Après avoir constaté la non-exécution de la décision de justice, l’État a engagé la procédure de démolition d’office, suite à plusieurs mises en demeure restées infructueuses.