POLITIQUE

La résistance politique s’organise déjà à Perpignan

Ni Aliot ni Pujol, ils veulent représenter la troisième voie

La résistance politique s’organise déjà à Perpignan
La résistance politique s’organise déjà à Perpignan

La “3e Liste de Perpignan”, celle qui n’existe pas, condamne déjà le résultat des municipales qui opposent J.M. Pujol à Louis Aliot, et appelle à la “résistance”.

Le résultat des municipales de Perpignan sera connu dimanche 28 juin à 20h, mais déjà s’organise un “Rassemblement d’énergies démocratiques et républicaines”. Cet intitulé est lancé sur Facebook par des “Citoyens engagés de Perpignan” pour lesquels la droite et l’extrême droite représentées par les candidats Jean-Marc Pujol et Louis Aliot “appartiennent à un monde dont nous ne voulons pas et auxquelles nous devrons bientôt nous opposer”. Ces partisans anonymes d’une alliance entre le centriste Romain Grau et la candidate de gauche Agnès Langevine, titulaires respectifs de 13,17 % et  14,51 % des voix au premier tour, estiment que “seule une triangulaire aurait permis de rompre cette fatalité”. Nostalgiques d’une 3e liste qui n’a jamais existé, ils jugent que le retrait des intéressés s’explique par “des enjeux qui ne sont pas ceux de notre territoire” et appellent une “force unie de résistance à venir”.


Rassemblement en chemise blanche dès ce dimanche 28 juin à 18h

Ces citoyens aux yeux rivés sur 2026 s’opposent au clientélisme et défendent la transition écologique. Ils dénoncent un “désert politique d’opposition” à Perpignan et convoquent un premier rassemblement de rue, ce dimanche 28 juin à 18h place de la République et à 18h30 devant la préfecture des Pyrénées-Orientales. Les participants sont invités à revêtir une chemise blanche, pour montrer aux médias parisiens “une autre image de notre ville”, face au “choix mortifère de ce second tour”.