CULTURE

Anciennement pillé, le cloître de Collioure est enfin visitable

Un site roman déplacé en 1927 puis revenu en 1997

Cloître des Dominicains, Collioure, 23 juin 2020 © Joan Marc Naville
Cloître des Dominicains, Collioure, 23 juin 2020 © Joan Marc Naville

Le cloître des Dominicains de Collioure, méconnu, est enfin visitable, 23 ans après son retour au pays.

Le cloître des dominicains de Collioure, situé au Port d’Avall, en direction de Port-Vendres, est enfin visitable. Jusqu’à présent, ce site était exclusivement accessible lors des Journées du Patrimoine et de l’événement « Jardins de Printemps » Cet ensemble roman du début du XIVeme siècle, composé en marbre de Céret et doté de remarquables chapiteaux sculptés, est visible dans les actuels jardins du Musée d’Art Moderne Peské. Attenant au Couvent des Dominicains, il rappelle le premier établissement de cet ordre catholique établi à Collioure en 1275. Le couvent a été abandonné à la Révolution française, l’église des Dominicains est devenue un magasin militaire dès 1791, jusqu'en 1925, puis la cave coopérative des vignerons de Collioure en 1926.


Un cloître vendu, puis racheté par la mairie

Le cloître de Collioure, originellement attenant à l’église des Dominicains, a été négligemment vendu par la mairie à un antiquaire en 1927 et remonté chez un particulier dans la commune basque d’Anglet. Racheté par la Ville de Collioure en 1992, pour 100 000 francs (15200 euros), reçu en pièces détachées fin 1997, ce monument historique a retrouvé sa superbe après sa mésaventure, un pillage inimaginable de nos jours. Certains vestiges ont été retrouvés dans plusieurs familles de Collioure, suite à un appel citoyen lancée par la municipalité.

Enclaustre dels Dominicans, Cotlliure, 23 de juny del 2020 © Joan Marc Naville  Enclaustre dels Dominicans, Cotlliure, 23 de juny del 2020 © Joan Marc Naville