POLITIQUE

Louis Aliot reste gêné par l’homosexualité

Le candidat d’extrême droite à Perpignan néglige la question homo

Louis Aliot, candidat du Rassemblement national sans étiquette aux élections municipales de Perpignan © Communication Louis Aliot
Louis Aliot, candidat du Rassemblement national sans étiquette aux élections municipales de Perpignan © Communication Louis Aliot

Les gays et lesbiennes indiffèrent le candidat du Rassemblement national aux municipales de Perpignan, Louis Aliot. Une stratégie gagnante ?

La position du Rassemblement national (RN) sur le degré d’acception sociale de l’homosexualité est un sujet d’étude. Les maires, responsables ou ex-responsables RN homos ne sont pas rares, à l’image de Steeve Briois, maire d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) depuis 2014, ou Florian Philippot, ex-conseiller de Marine Le Pen, directeur stratégique de sa campagne présidentielle de 2012.
En Pays Catalan, à Perpignan, la question des hommes qui aiment les hommes et des femmes qui aiment les femmes est bien plus taboue.  Dans le cadre des élections municipales de Perpignan, l’association LGBT+66 rappelle qu’elle a soumis au premier tour ses “14 propositions pour une commune inclusive”, validées par écrit par le maire sortant, Jean-Marc Pujol (Les Républicains). Mais en silence “nous n'avons aucune réponse de la liste menée par M. Louis Aliot”, nous indique la structure, ce mardi 23 juin.

LGBT+66 constate que le candidat d’extrême droite ne lui répond plus depuis 2017 et n’a jamais approuvé ses demandes de subventions en tant que conseiller municipal. L’association s’inquiète, car le RN a indiqué “vouloir revenir sur les avancées des droits des personnes LGBT+”, c’est à dire le mariage homosexuel et le droit à l'adoption pour les couples homosexuels.
Le silence de Louis Aliot sur cette question sociétale ordinaire nourrit-il une stratégie gagnante au regard de la sociologie électorale de la capitale du Roussillon ?