POLITIQUE

Perpignan: Aliot à 54% selon une vraie étude et un sondage fantôme

Un institut fantôme et un simulateur électronique indiquent la victoire de l’extrême droite

Editors Keys / La Clau 2020
Editors Keys / La Clau 2020

A 8 huit jours des municipales de Perpignan, une source invérifiable et un calculateur électronique donnent 54% à Louis Aliot, membre du bureau national du Rassemblement national.

L’expectative du second tour des élections municipales de Perpignan provoque l’excitation des parties en présence, le maire sortant, Jean-Marc Pujol (Les Républicains – LR) et Louis Aliot (membre du bureau exécutif du Rassemblement national – RN, mais présent sans étiquette à cette occasion). La dernière série d’attaques se déroule sur les réseaux sociaux, Facebook au premier chef, où les colistiers, sympathisants et citoyens extérieurs aux deux listes, relaient les informations qui servent leurs avantages ou s‘envoient des arguments et amabilités de degrés variés.


Le sondage fantôme relayé par Aliot

La lutte électronique, devenue un classique des élections municipales, est l’occasion d’un faux. Mardi 16 juin, l’existence d’un sondage non sourcé lui attribuant 54 % des intentions de vote a été relayé “de bonne foi”, selon ses affirmations, par Louis Aliot, sur Twitter, réseau qu'il affectionne particulièrement. Cette étude était citée par un pseudo-institut de recherche américain associé à un site Internet, “SciencesPoll”, selon une recherche effectuée par France Bleu Roussillon. Il s’agit en réalité d’une officine fantôme créée par le Français Christian Prade (ou “Jean-Noël” Prade, selon les situations). Cet expatrié aux Etats-Unis a été membre du mouvement d’extrême droite Occident (1964-1968), qui incarnait un post-fascisme à la française et admirait l’écrivain antisémite catalan Robert Brasillach. Pour sa part, Jean-Marc Pujol a évoqué des « prédictions qui ne correspondent en rien aux sondages réalisés en France par de vrais instituts de sondage ».

Les “auteurs” confirment, et citent Anne Hidalgo à Paris

Sur son site minimaliste gratuit, qui empêche toute crédibilité, SciencesPoll a répondu ce vendredi 19 juin à France Bleu : « Vous avez mentionné et critiqué nos prévisions pour les élections municipales de 2020 à Perpignan. Nous maintenons notre information. Cependant, vous n'avez pas du tout critiqué nos prédictions parisiennes qui donnent la victoire à Mme Anne Hidalgo du Parti Socialiste ». Le site donne la maire sortante à 44% au second tour, contre 42% pour Rachida Dati (LR) et Agnès Buzyn (La République en Marche) à 14%.

Valeurs Actuelles donne aussi Aliot à 54 %

L’estimation du dernier round à Perpignan reçoit l’apport de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol, rattachée à la droite dite progressiste et européenne). Ce laboratoire à idées est dirigé par l’Occitan Dominique Reynié, battu par la socialiste Carole Delga, en 2015, lors des élections régionales de la région “Occitanie” alors qu’il battait pavillon LR. Son calcul, cité jeudi 18 juin par l’hebdomadaire Valeurs Actuelles (d’obédience droitière) est rendu possible par un “Simulateur électoral”, qui prend en compte les reports de voix du premier tour. Cette méthode fournit des résultats du second tour selon la probité de ses utilisateurs, c’est-à-dire l’absence de filtre idéologique dans l’introduction des données. Le score de 54,05% est ainsi obtenu pour Louis Aliot après analyse des chiffres de premier tour produits par chacun des bureaux de vote de Perpignan.