POLITIQUE

Climat politique délétère en Pays Catalan

Cour de l'Hôtel de Ville de Perpignan (image d'archives)
Cour de l'Hôtel de Ville de Perpignan (image d'archives)
Le climat politique délétère qui habite les Pyrénées-Orientales, autour de l'affrontement verbal entre les deux personnages politiques majeurs du territoire, s’intensifie de jour en jour : le maire de Perpignan Jean-Paul Alduy et le président du Conseil Général Christian Bourquin se jugent par blogs interposés, dans une lutte attisée par la rubrique politique du quotidien L'indépendant. Ainsi, le PS Christian Bourquin a dénoncé dans un communiqué en date d’hier, lundi 24 novembre, le Nouveau Centre/UMP Jean-Paul Alduy qui évoquait une « sénilité » à son égard, dans une stratégie de leurre médiatique visant à éluder ses propres dérapages verbaux, suffisamment intenses pour être présentés, hier également, devant les tribunaux. Les attaques se succèdent sur l'exemple récent d'une campagne d'affichage politicienne et provocatrice du Conseil Général dans les rues de Perpignan, dans l'expectative de nouvelles élections à la mairie, seulement envisageables à partir de la fin du printemps 2009, mais dont la pré-campagne a manifestement commencé. Les prétendants jouent l'attaque frontale pour de longs mois, en désertant l'action politique publique, entretenant à la fois un sentiment de « tous pourris », une lassitude de la population et une hyperactivité préfectorale.