SOCIÉTÉ

500 séropositifs du Pays Catalan privés de médicaments

Médicament  "Truvada", produit par Gilead Science
Médicament "Truvada", produit par Gilead Science
Une affaire de santé à parfum de scandale a traversé le Pays Catalan jusqu’aux alentours du 1er novembre, après une rupture de stocks du médicament anti-rétroviral « Truvada », utilisé dans les trithérapies appliquées aux malades du Sida. D’après les constats de plusieurs pharmaciens perpignanais, cette pénurie aurait ainsi privé 500 des 1000 séropositifs du territoire faisant appel à ces pilules efficaces, commercialisées par lots de 30, soit un mois complet de traitement dont le coût de 538,84 euros est remboursable à 100%. Cette interruption, survenue à partir de la mi-octobre, serait due à un ralentissement survenu entre les grossistes, qui invoquent un « manque de quota », et la branche française des laboratoires américains Gilead Sciences, dans un calcul comptable visiblement erroné. Selon une information distillée lundi par le site Internet Rue89, certains patients auraient même été orientés vers la pharmacie de l’Hôpital Saint-Jean de Perpignan pour recevoir un traitement. Cette rupture d’approvisionnement, qui aurait également affecté les régions de Bordeaux et de Blois, pourrait trouver son origine dans la spéculation de l’industrie pharmaceutique, préférant vendre ses produits dans les pays les plus rentables.