POLITIQUE

Christian Bourquin, évasif sur son éventuelle candidature à Perpignan

Christian Bourquin (image d'archives)
Christian Bourquin (image d'archives)
Les observateurs peinent à croire à la non-candidature de Christian Bourquin à d’éventuelles élections municipales à Perpignan en conséquence de l’affaire dite de la « chaussette » de mars 2008. Le Président du Conseil Général et vice-Président du conseil régional de la Région Languedoc-Roussillon, très présent sur le terrain urbain depuis la rentrée, étant secrétaire de la section du Parti Socialiste de Perpignan, son absence de la liste socialiste en intense préparation semblerait incongrue. Ainsi, en appui direct à la tête de liste socialiste en mars 2008, M. Bourquin a sobrement déclaré « Je soutiens à fond Jacqueline Amiel-Donat », vendredi sur la radio France Bleu Roussillon, sans se prononcer sur sa propre présence aux élections, en position de n°2, ou, en respect des règles de parité, de n°4 sur la liste. Dans un territoire peu avare de surprises, l’hypothèse d’un autre scénario n’est pas improbable, selon un principe de répétition de l’histoire : de 1993 à 1995, déjà, Christian Bourquin, n°1 d'une liste socialiste, et Jacqueline Amiel-Donat, n°2, ont animé les conseils municipaux perpignanais, face à Jean-Paul Alduy, lors de son premier mandat.