ECONOMIE

Le coronavirus retardera l’ouverture de la RN 116

Les travaux de sécurisation de la zone sont achevés

Effondrement de la RN 116 en Conflent, Pays Catalan, février 2020 © Ghyslaine Rameau
Effondrement de la RN 116 en Conflent, Pays Catalan, février 2020 © Ghyslaine Rameau

L’Etat promet la réouverture “la plus rapide possible” de la RN 116 suite à l’affaissement de février, mais le covid 19 empêche une entreprise de travailler.

Suite à l’affaissement de la chaussée de la route nationale 116 (RN 116) suite à la tempête Gloria, qui a occasionné sa fermeture le 3 février entre Fontpédrouse et Sauto-Fetges, le préfet des Pyrénées Orientales a effectué un point de situation ce mercredi 18 mars. Malgré le contexte difficile lié au coronavirus – covid 19, les services de l'Etat assurent rester entièrement mobilisés pour “réduire au maximum la durée des travaux et la gêne occasionnée aux usagers”, pour une “réouverture la plus rapide possible”, sans précision de date. Sur un tempo soutenu, la sécurisation de la zone supérieure, du 20 février au 4 mars, a été assurée par l’entreprise toulousaine STAM (Société des Travaux Acrobatiques et Montagnards), afin d’empêcher la chute de blocs. La sécurisation en aval, confiée au groupement lyonnais NGE Fondations/Buesa, a débuté le 5 mars. Mais mardi 17 de mars, cette société spécialisée a informé que le confinement entravait l’arrivée d’une centrale à béton et d’un fournisseur de barres d’ancrage fermés sur le chantier. NGE Fondations ayant dû stoppé toute activité sur le chantier, l’impact sur le calendrier de réouverture de la route “ne pourra être évalué qu’à la levée, au moins partielle, des mesures de protection de l’épidémie”.


Le soutènement de la chaussée est terminé

Hormis les éléments cités, sur la zone de chantier, l’ensemble du matériel, des matériaux et des pistes d’accès, pour les engins, est parfaitement acquis. Le 12 mars a débuté la consolidation du mur de soutènement de la chaussée. Mais le 14 mars, des «zones ponctuelles se sont effondrées et ont nécessité la mise en œuvre de béton projeté afin de les consolider». Cette opération s’est conclue positivement lundi 16 mars “sans générer d’incidence sur le planning initial”.
Pour les usagers de cet axe Roussillon-Conflent-Cerdagne, l'interdiction formelle de franchir la zone en véhicule ou à pied est maintenue pendant toute la durée d’interruption, compte tenu du danger.