CULTURE

L’exposition «Vivre la frontière» interroge l’état du monde à Perpignan

Une série photographique à voir jusqu’au 17 avril

Patrick Bard reportage «Amexica», Tijuana, Mexique, à la frontière des USA, 1996 © CIP
Patrick Bard reportage «Amexica», Tijuana, Mexique, à la frontière des USA, 1996 © CIP

Une vision des frontières de 1980 à 2017 est proposée par le Centre International de Photojournalisme (CIP) de Perpignan, au Mexique, au Kosovo ou en Russie.

Le Centre International de Photojournalisme (CIP) de Perpignan, qui exposait jusqu’en janvier l’exposition « Un président citoyen du monde - Jacques Chirac », cède le pas à « Vivre la frontière ». Cette nouvelle série photographique, visible depuis le 17 février, sera officiellement inaugurée mardi 25 février. Sa commissaire, Barbara Mercuri, a souhaité interroger le grand public, les élèves et les enseignants, sur l’impact et la valeur d’actualité des photographies hébergées par le fonds photographique du CIP. Ces visiteurs découvriront des clichés de photojournalistes illustrant l’existence humaine sur les frontières séparant plusieurs territoires du monde.


Les frontières révèlent la situation du monde

Sur la frontière franco-espagnole en 1980, ou en 1997 dans la province mexicaine de Chihuaha, ou la ville de Ciudad Juarez jouxte la ville américaine d'El Paso, en Russie, au coeur de la crise migratoire contemporaine ou en région parisienne, aux limites de la Macédoine et du Kosovo en 1999, cette réalisation fait dire à ses concepteurs «ce qui se produit aux frontières est souvent révélateur de l'état du monde». Inscrite dans la veine du festival international de photojournalisme Visa pour l’Image, elle est visible au 
Centre International de Photojournalisme de Perpignan, rue Rabelais, jusqu’au 17 avril.