SOCIÉTÉ

2 islamistes parmi les détenus communs à la prison de Perpignan

Nouvelle alerte du syndicat UFAP/UNSA

Christian Roger / Pixabay
Christian Roger / Pixabay

Les détenus islamistes doivent être isolés des autres dans les prisons, mais le manque de place contraint à un mélange explosif au sein du centre pénitentiaire de Perpignan. 

Les syndicats du centre pénitentiaire de Perpignan ont émis une nouvelle alerte ce lundi 17 février. L’établissement héberge un « TIS », c’est à dire un «terroriste Islamiste», précise Pierre Grousset, représentant du syndicat UFAP / UNSA. Le nouvel hôte de la prison surpeuplée de Mailloles, fraîchement arrivé, est le troisième offrant ce profil. Le précédent entré serait «coupeur de têtes», précise le délégué, inquiet quant au lieu d’hébergement des musulmans radicalisés, qui « doivent être gérés dans des structures complètement étanches, à l’écart du reste de la population pénale ». Or, les deux militants ne résident pas en cellule TIS, au sein du Quartier d'isolement (QI), mais en «détention normale» au centre de détention. Le premier islamiste signalé étant le seul logé en QI, le syndicat espère que les deux autres ne pratiqueront pas «l’art de dissimuler» avant une agression.