POLITIQUE

Affaire des Angles : les communistes dénoncent un "chantage" préfectoral

Gérard Mandrau, président de l'Association Des Elu(e)s Communistes et Républicains du Pays Catalan
Gérard Mandrau, président de l'Association Des Elu(e)s Communistes et Républicains du Pays Catalan

Dans l'affaire qui oppose l'omniprésent préfet des Pyrénées-Orientales Hugues Bousiges à Christian Blanc, maire de la commune des Angles et président de la régie de gestion de la station de sports d'hiver du village, voilà une surprenante intervention communiste : dans un communiqué en date d'hier, l’Association des Elu(e)s Communistes et Républicains du Pays Catalan, présidée par Gérard Mandrau, déplore un "chantage" préfectoral exercé sur les Angles, ses élus et administrés, en "s’ingérant" dans la gestion de la régie. Légitimée par son positionnement républicain, l'association affirme qu'il "n’appartient pas à un représentant de l’Etat d’apporter un jugement de valeur au delà du strict contrôle de légalité". Les communistes, prévisiblemet attendus sur le terrain coopératif, fustigent pourtant un "mariage forcé" de l'entreprise publique des Angles, qui souhaite garder son autonomie sans mutualisation de moyens avec les stations voisines. Fort du soutien de son conseil municipal et du Comité d'Entreprise de la régie des Angles, le maire et conseil général sans étiquette Christian Blanc trouble le jeu politique et économique en questionnant le rôle de l'Etat, dont l'intervention économique est parfaitement assumée à la faveur de la crise.