POLITIQUE

«En Marche» rejette le maire de Perpignan pour les municipales

Le candidat sortant est allé demander une investiture ce mardi à Paris

Romain Grau, candidat aux élections municipales de Perpignan, aux côtés de Stanislas Guérini, délégué général de la République en Marche, Perpignan, 2019 © JF-CC
Romain Grau, candidat aux élections municipales de Perpignan, aux côtés de Stanislas Guérini, délégué général de la République en Marche, Perpignan, 2019 © JF-CC

Ce mardi, à Paris, Le maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol, a échoué dans sa demande d’investiture auprès de la direction nationale de la République en Marche, en vue des élections municipales.

Ce mardi 17 décembre, le maire sortant de Perpignan, Jean-Marc Pujol (LR), a rencontré à Paris le délégué général de la République en Marche (LREM), Stanislas Guerini. Selon un témoin interrogé par nos soins au sein de la formation présidentielle, ce rendez-vous a fait suite à plusieurs demandes formulées par l’intéressé depuis l’été, vaines jusqu’à ce jour. Le maire, qui sollicitait l’investiture du parti présidentiel pour les élections municipales malgré les positionnements contraires de son propre parti, a reçu une réponse négative. Cet échec dans la recherche de partenariats solides est la suite prévisible de l’investiture du député Romain Grau, 45 ans, membre de LREM, acquise le 17 juin. Ce choix avait coupé l'herbe sous les pied de J.M. Pujol, 70 ans, qui espérait une double étiquette LR-LREM.


Pujol esseulé, Grau accumule les soutiens

Cette visite parisienne interroge, car le parti d’Emmanuel Macron est éloigné du flanc droitier des Républicains propre au maire de Perpignan, qui promettait l’été dernier de ne repartir en campagne qu’à la tête d'une liste LR-LREM. Esseulé, J.M. Pujol avait été lâché en avril par son lieutenant Olivier Amiel, selon lequel il a trahi ses électeurs en cherchant à devenir «Macron-compatible». Le jeune avocat a lui-même été écarté de l’investiture LR, par Eric Ciotti, Président de la Commission d’investiture du parti.
A quelques pas, la candidature Grau est en dynamique évidente comme en témoignent les ralliements de Philippe Lavenu,  50 ans, secrétaire régional du syndicat Alliance Police Nationale, Vincent Malherbe, 52 ans, époux de la Présidente du Conseil départemental des Pyrénées-orientales et Amélie Cervello, 36 ans, candidate Europe-Ecologie les Verts aux élections européennes de mai dernier. Cette offre de centre-gauche et centre-droit a été lancée officiellement lors d’une inauguration de permanence aux allures événementielles, le 29 novembre en présence de 400 personnes, place de la République.