POLITIQUE

Perpignan municipales: «L’Alternative» exige plus de démocratie sur l’avenir de St-Jacques

Un déficit de concertation de la part de la mairie est visé

Quartier Saint-Jacques, Perpignan © Campru
Quartier Saint-Jacques, Perpignan © Campru

La liste « L’Alternative ! Perpignan écologique et solidaire ! », en course vers les municipales de 2020, dénonce un « électoralisme » du maire, Jean-Marc Pujol, sur la reconstruction, partielle du quartier Saint-Jacques.

Le quartier Saint-Jacques de Perpignan est l’un des grands thèmes de la campagne des élections municipales.La plate-forme « L'Alternative ! Perpignan écologique et solidaire », exige que l’approche de la mairie soit plus démocratique au sujet de l’avenir de ce secteur relativement délabré, où le revenu moyen s’avère inférieur à celui du Congo. Dans un communiqué du 15 novembre consacré à la reconstruction de Saint-Jacques, les alternatifs réclament un « projet global d'architecture de qualité en concertation avec les habitants ». Ils évoquent un projet concernant la place Deloncle, « élaboré dans le plus grand secret, sans concertation » et obéissant à un « pur électoralisme »..


Selon le collectif «Les habitants se sentent trahis»

La future liste visant le scrutin de 2020 estime que « le maire a fait démolir, ces 4 dernières années, 60 immeubles à Saint-Jacques, sans avoir projeté la moindre reconstruction ». Elle réclame de la « transparence » et déplore que les résidents n’aient pas été associés à deux récentes réunions sur le futur de leur lieu de vie. « Les habitants se sentent trahis », observent le collectif, qui interroge le maire, Jean-Marc Pujol, membre des Républicains : « Pourquoi n'y-a-t-il pas eu de concertation avec les habitant.es sur ce projet, alors que la concertation est rendue obligatoire par l'ANRU ? » (Agence nationale pour la Rénovation Urbaine).