ENVIRONNEMENT

Il manque toujours autant d’eau en Pays Catalan

Aucune perspective d’amélioration n’est envisagée

Elna, Roussillon, 22 septembre 2019. L'eau de pluie circule dans une agulla, avant sa perte dans la mer © JLM
Elna, Roussillon, 22 septembre 2019. L'eau de pluie circule dans une agulla, avant sa perte dans la mer © JLM

La préfecture des Pyrénées-Orientales, à Perpignan, n’entrevoit aucune amélioration significative en vue en matière de sécheresse, en dépit des précipitations du 21 septembre.

L’inquiétude face à la sécheresse dans les Pyrénées-Orientales est intacte malgré les dernières pluies, survenues de façon surprenante le 21 septembre. Leur abondance, jusqu’à 129 mm de cumuls à Argelès-sur-Mer, sur un sol trop sec, a fait glisser l’eau, sans imprégnation significative des nappes phréatiques. Ce gâchis maintient la situation de sécheresse, sans aucune « amélioration significative », selon la préfecture du territoire, qui a communiqué sur cette crise silencieuse, le 23 septembre.


Interdit de gaspiller l'eau, même en automne

Tout l’été, les nappes phréatiques, les fleuves et les rivières du Roussillon ont présenté un niveau bas. Pour la première fois, le manque de pluie et la surconsommation touristique ont entraîné la salinisation anormale dans les nappes profondes, à Torreilles et Sainte-Marie-la-mer, car la mer a pénétré les sols. En réaction les services de l’Etat décident une nouvelle fois, en application du code de l’Environnement, de limiter les usages superflus sur les cours d’eau de l’Agly et du Tech ainsi que sur les nappes du secteur des Aspres, du Barcarès et de la Salanque. Il est notamment proscrit de remplir les piscines privées et de laver les véhicules.