Billboard - Agència Catalana de Turisme - ACT - El Vendrell Dentsuaegis

POLITIQUE

Perpignan municipales: Rivière oublié sur la photo embarrassante

Il y a 10 ans, le président de l’USAP était soutenu par la droite dure

Louis Aliot, Robert et Emmanuelle Ménard, le candidat des Républicains aux municipales de Perpignan, Olivier Amiel, Alain Ferrand et François Rivière © Michel Clementz
Louis Aliot, Robert et Emmanuelle Ménard, le candidat des Républicains aux municipales de Perpignan, Olivier Amiel, Alain Ferrand et François Rivière © Michel Clementz

Le parti Oui au Pays Catalan dénonce une «tentative grotesque de rendre aimable l'image d'une extrême-droite toujours infréquentable» suite à la photographie sur laquelle apparaissent Louis Aliot, Robert Ménard et le candidat des Républicains aux municipales de Perpignan. On oublie que le président de l’USAP, François Rivière, présent sur le cliché, était soutenu par le Mouvement pour la France, de droite dure, aux municipales de 2009 à Perpignan.

En avant-match d’USAP-Béziers, jeudi 22 août à Perpignan, un curieux groupe d’élus a parcouru la pelouse du stade Aimé Giral. Cet instant immortalisé par un photographe du journal l’Indépendant, Michel Clementz, montre le député Louis Aliot, candidat du Rassemblement National (RN) aux municipales de 2020 à Perpignan, aux côtés du maire de Béziers, Robert Ménard. L’épouse de ce dernier, la députée de l’Hérault Emmanuelle Ménard, le candidat des Républicains aux municipales de Perpignan, Olivier Amiel et le maire du Barcarès, Alain Ferrand, membre de la même formation, complètent la photographie, sous l’oeil de François Rivière, président du club. La réunion de la droite et de l’extrême droite est évidente, mais avec un oubli, car le président de l’USAP a une histoire politique. Il a été candidat aux élections municipales de Perpignan, en 2009, avec le soutien du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers. Cette formation, dissoute en 2018, s’est parfois positionnée plus à droite que le Front National, notamment en matière d’islam et de souverainisme français.


Un « Jeu dangereux » avec un parti «infréquentable»

La formation Oui au Pays Catalan a réagi ce mardi 27 août à l’exposition médiatique du moment, sous le titre « Les Républicains joueront-ils à l’extrême-droite ? ». Le parti décentraliste a dénoncé le « sourire complice » des intéressés et le « jeu dangereux de la droite perpignanaise avec les représentants de l’extrême-droite » et a perçu une « tentative grotesque de rendre aimable l'image d'une extrême-droite toujours infréquentable et anticatalane ». O. Amiel, bénéficiaire d’une publicité inédite à cette occasion, affirmait « je ne regrette pas d’avoir été aux côtés du maire de Béziers », lundi 26 août.