POLITIQUE

Le député Louis Aliot vote contre le Ceta

Les 3 parlementaires En Marche du pays Catalan votent pour

Louis Aliot, député des Pyrénées-Orientales, membre du Rassemblement national © Rassemblement national
Louis Aliot, député des Pyrénées-Orientales, membre du Rassemblement national © Rassemblement national

Alors que 100% des députés En Marche élus dans les Pyrénées-Orientales approuvaient le traité commercial entre l'Union européenne et le Canada, mardi 23 juillet, l’extrême droite incarnée par le député Louis Aliot a voté contre. 

L'hémicycle de l'Assemblée nationale, à Paris, a vécu mardi le 23 juillet le vote concernant le controversé traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (Ceta). Les trois députés En Marche des Pyrénées-Orientales, à savoir Laurence Gayte,  Romain Grau  et Sébastien Cazsenove, ont approuvé ce texte, à l’égal de 229 macronistes. Cependant, tout comme l'ensemble de la gauche s'est prononcée contre en raison de supposés risques environnementaux et sanitaires, l’extrême droite a suivi le mouvement. Le député Louis Aliot, élu du Pays Catalan et prétendant à à la mairie de Perpignan, a désapprouvé cette passerelle commerciale inscrite dans la mondialisation.


Le Ceta, un traité à contenu agricole

Le Ceta, « Comprehensive Economic and Trade Agreement », est un accord commercial entre l'Union européenne et le Canada. Dans une France redoutant la globalisation des échanges, ce partenariat prévoit une réduction des droits de douane entre les continents, afin de favoriser les échanges. Ce texte prévoit l’harmonisation des normes, permettant à une entreprise souhaitant exporter au Canada de mettre à profit les tests de certification identiques à ceux qu’elle sollicite en Europe. Ce dispositif visant notamment l'agriculture, dans le cadre de droits de douanes et de marchés publics plus souples, rencontre l’opposition du Rassemblement national, allié stratégique de la ruralité française.