SOCIÉTÉ, ECONOMIE

Perpignan: la clinique Notre Dame d’Espérance se laïcise

L’établissement est rebaptisé « Polyclinique Méditerranée »

Clinique Notre Dame d’Espérance / Polyclinique Méditerranée , Perpignan © La Clau
Clinique Notre Dame d’Espérance / Polyclinique Méditerranée , Perpignan © La Clau

Une page de tourne à la clinique Notre Dame d’Espérance de Perpignan, qui tourne le dos à ses racines chrétiennes au profit d‘une dénomination vue de Paris.

Véritable institution du Roussillon, la clinique Notre-Dame d'Espérance a changé de nom le 4 juillet. Cet établissement porte désormais la dénomination de « Polyclinique Méditerranée », selon la volonté de son personnel. Médecins et salariés de cette clinique ont étrangement choisi de rompre avec un nom catholique, en signe de modernité. Sa direction souhaite offrir à cette structure un «nom fort, plus représentatif du territoire», manifestement vue de Paris en vertu de son indication géographique imprécise. Cette laïcisation ne sera effective qu’au mois d’octobre au niveau de l’accès et sur la façade des lieux. Mais le transfert de marque est déjà en place sur I’Internet.


Jusqu’à 2700 accouchements par an

L’ancienne N-D. d’Espérance est située en bordure du quartier du Moulin à Vent de Perpignan, proche de Cabestany et de l’axe de la Départementale 914. Elle est la propriété du groupe Elsan, leader français de l'hospitalisation privée, qui dispose de 120 sites du genre. Ce centre de santé, regroupant 25 médecins spécialistes et une équipe de 120 personnes, dispose de 73 lits d'hospitalisation conventionnelle et 11 postes de chirurgie et anesthésie ambulatoire. En 2018, il a reçu 5 000 patients et accompli 2 220 accouchements, contre 1700 en 2016. Cette augmentation est due au transfert de l’ancienne maternité de la clinique Saint-Pierre de Perpignan, après accord de l’Agence régionale de santé (ARS). A terme, jusqu’à 2700 accouchements annuels pourront y être pratiqués.